// Article de Francois Launay , publié dans « 20 minutes » du 7 Décembre 2016

Thomas Ruyant se prend en photo au beau milieu de l’Attlantique — Thomas Ruyant

La mauvaise nouvelle est arrivée mercredi matin au téléphone. Alors qu’il est chez lui en Bretagne, Laurent Bourguès reçoit un coup de fil de Thomas Ruyant au beau milieu de l’Océan Indien.

Laurent Bourguès est le «boat captain» du marin nordiste, actuel huitième du Vendée Globe. Concrètement, c’est lui qui est chargé d’assister techniquement au téléphone le navigateur en cas de coup dur sur un bateau qu’il connaît dans les moindres recoins.

Un trou de quinze centimètres dans le bateau
C’est exactement ce qu’il s’est passé ce 7 décembre quand Thomas Ruyant lui fait part d’une avarie sur « Le Souffle du Nord pour le Projet Imagine».

Le tube qui permet de remplir le ballast du bateau s’est arraché à cause de la vitesse. Il a cassé la butée qui rend tous les tubes étanches. On a désormais un trou de quinze centimètres entre l’intérieur du bateau et l’extérieur de la coque. Vu que Thomas était en train de remplir le tube à ce moment-là, c’est comme si une lance à incendie avait pénétré dans sa zone de vie qui s’est retrouvée remplie d’eau. explique Laurent Bourguès.

Des conditions climatiques difficiles
Pour éviter une accumulation d’eau dans sa cabine, Ruyant a décidé immédiatement de virer de bord pour laisser le trou hors de l’eau. Problème : les conditions climatiques ont rendu les choses difficiles pour réparer le trou. 

Il est dans une zone avec 40 nœuds de vent (75km/h) et une mer avec des creux de 3-4 mètres donc ce n’est pas simple

reconnaît le boat captain qui a distillé plusieurs conseils téléphoniques au Dunkerquois

La cabine depuis laquelle Ruyant va gérer sa course – F;Launay

Réparations de fortune
Dans un premier temps, Ruyant a essayé de combler le trou avec des blocs de mousse, sans réussite. Heureusement, la deuxième option retenue semble avoir fonctionné.

Il a bouché le trou avec un ensemble de différentes plaques de carbone, un peu de mousse PVC et de la mousse expansive. Il va bientôt pouvoir virer de bord à nouveau pour voir si tout cela est bien étanche. On va voir si ça tient le choc. Si c’est le cas, il fera une réparation plus costaud quand il aura retrouvé de meilleures conditions climatiques, raconte Laurent Bourguès.

Un moteur inondé?
Reste que tout n’est pas réglé pour autant. Même si la réparation tient, l’eau qui s’est infiltrée dans le bateau pourrait avoir inondé le moteur. Interdit en course, ce dernier sert de générateur aux marins. 

S’il ne peut plus s’en servir, il deviendra dépendant des hydro générateurs, qui sont situés dans l’eau et qui peuvent s’arracher. Si le moteur ne fonctionne plus, ça pourrait devenir problématique, reconnaît Bourguès.

Le bateau – Pierre Bourras

Un risque d’abandon
Thomas Ruyant s’apprête désormais à constater les dégâts. Dans le meilleur des cas, l’avarie va lui faire perdre du temps dans la suite de son aventure. Mais dans le pire des cas, le Nordiste pourrait être contraint à l’abandon.

 Son souhait est de continuer et de finir la course même s’il va être un peu ralenti. Mais si la réparation ne tient pas et que ça le met en danger, ça pourrait l’amener à une situation délicate. Quoi qu’il arrive c’est un vrai coup dur mais ça fait partie du Vendée Globe,

relativise le boat captain. Les prochaines heures s’annoncent désormais décisives. Continuer ou arrêter, voilà le dilemne qui risque de perturber Thomas Ruyant en fonction de l’évolution de la situation.

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription est confirmée.

du Souffle dans ta boîte mail !

Envie de recevoir chaque mois un shoot de projets positifs ? Abonne-toi !

CONTACTEZ-NOUS !

Sylvain Derreumaux
Projets / Communication
sderreumaux@lesouffledunord.com
06 75 23 49 56

Vindhya Saravane
Projets / Partenariats
vsaravane@lesouffledunord.com
06 61 53 69 07‬

LA SOUFFLERIE

34 rue de la Haute Loge
59700 Marcq-en-Barœul