– Communiqué de presse du 2 novembre 2015 –

DCIM101GOPRO

Quatrième au classement général provisoire de la 12ème édition de la Transat Jacques Vabre, le monocoque Imoca « Le Souffle du Nord pour Le Projet Imagine »  se prépare à négocier un nouvel obstacle, et de taille, sur sa route vers Itajaì (Brésil), matérialisé par la Zone de convergence Intertropicale, ou encore appelée par les marins « Pot au noir ». Si Thomas Ruyant et Adrien Hardy gardent un œil rivé dans le rétroviseur en surveillant les faits et progressions de leur plus proche adversaire Initiatives – Coeur de Tanguy de Lamotte et Samantha Davies, il n’a pas pour autant éliminé toute perspective et ambition de jouer un podium à Itajaì.  La route à parcourir est encore longue et pavée d’embûches, et les rebondissements et coups de théâtre ont déjà été nombreux au sein de toutes les classes de la flotte. Bizuts de l’épreuve en 60 pieds, Thomas et Adrien, tout au bonheur de renouer avec les souvenirs de leurs Transats en Mini 6.50, affirment leur maturité en refusant de se laisser griser et endormir par la monotonie toute relative de leur route, et le précaire confort des classements.

Prêts pour le Pot au noir

« Il peut encore se passer beaucoup de choses » affirment en chœur les deux skippers du Souffle du Nord« Tanguy (De Lamotte ) n’est pas loin », précise Thomas Ruyant. « On le surveille comme le lait sur le feu. » L’alizé est pour aujourd’hui encore parfaitement établi, et sous grand gennaker, Le Souffle du Nord s’applique à filer aussi vite que le vent. « 18 nœuds de vent, 18 nœuds de vitesse, tel est le mot d’ordre » s’amuse Thomas. Les dévents des sommets Cap Verdiens un moment redoutés n’auront en définitive pas altéré ni la vitesse ni le cap du bateau. « On est entré depuis une position très ouest dans les alizés » explique Thomas, « et nous avons ainsi bénéficié d’un angle parfait pour glisser sur un seul bord avec de la vitesse vers l’équateur. » Un exercice qui a par nature installé une certaine monotonie dans la vie du bord. « Mais cela nous a aussi permis de bien vérifier le bateau, et de nous reposer. Nous sommes prêts pour le Pot au noir. »

La chance aux audacieux…

Le Souffle du Nord va aborder cette vaste zone d’imbroglio météorologique en un point déjà déterminé. « Nous observons l’évolution des magmas orageux et nuageux » explique Thomas, « et aussi le comportement des bateaux qui nous précèdent. Mais ces successions de grains et de calmes sont tellement évolutives et imprévisibles qu’il nous faudra aussi pas mal de chance » souligne Adrien Hardy. Les deux hommes naviguent depuis le départ en osmose parfaite, dans la bonne humeur propre aux hommes qui savent apprécier leur chance et leur bonheur de réaliser leurs rêves. « C’est vrai que je découvre les 60 pieds » poursuit Adrien. « J’en prends plein la vue, tellement la vitesse est grisante. Cela me donne envie, mais pour l’heure, je suis aux côtés de Thomas pour l’aider de mon mieux à mieux maîtriser encore ce bateau. Le Souffle du Nord est un voilier très sain. On l’a beaucoup sollicité et il a toujours parfaitement réagi. » Le pot au noir s’avance, avec derrière lui un nouvel épisode de navigation intense, au plus près du vent cette fois, dans les alizés du Sud-Est qui pousseront les deux jeunes marins vers le Brésil.

DCIM101GOPRO

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription est confirmée.

du Souffle dans ta boîte mail !

Envie de recevoir chaque mois un shoot de projets positifs ? Abonne-toi !

CONTACTEZ-NOUS !

Sylvain Derreumaux
Projets / Communication
sderreumaux@lesouffledunord.com
06 75 23 49 56

Vindhya Saravane
Projets / Partenariats
vsaravane@lesouffledunord.com
06 61 53 69 07‬

LA SOUFFLERIE

34 rue de la Haute Loge
59700 Marcq-en-Barœul