// Article publié dans « Ouest-France » du 30 novembre 2016

Thomas Ruyant réussit un remarquable Vendée Globe après plus de 24 jours de mer. | Photo : Philippe Cherel

Entré dans l’océan Indien mardi soir en 9e position, Thomas Ruyant, skipper de Le Souffle du Nord pour le Projet Imagine, réussit un remarquable Vendée Globe. 4e des non-foilers, le Dunkerquois épate la galerie.

Sa discrétion est proportionnelle à son talent. Thomas Ruyant (Le Souffle du Nord pour le Projet Imagine) ne fait pas de bruit, mais sa course dans le Vendée Globe, elle, détone !

Ce mercredi 30 novembre, il occupait la 9e place de la flotte, au coude à coude avec Jean-Le Cam et quelques milles derrière Jean-Pierre Dick. Soit dans le sillage de deux marins qui disputent leur quatrième Vendée Globe quand lui découvre le tour du monde.

Le Nordiste est ainsi devenu Indien derrière les deux cow-boys des océans.

J’ai passé mon premier cap de Bonne Espérance, alors qu’un albatros venait survoler son bateau bleu et jaune. Il a pointé le bout de son bec, quand même plus petit que celui du colibri qui orne ma grand-voile. C’est le premier des trois grands caps. C’est la fin d’une descente de l’Atlantique. On rentre dans les choses sérieuses du Vendée. C’est un cap mythique. Et surtout je suis aussi dans les Quarantièmes. C’est aussi une première pour moi. On entre dans les mers australes. La mer est assez grosse, pas très rangée. Ce qui change surtout, c’est la mer, qui est assez croisée. Ce n’est pas évident d’aller vite et d’avoir la bonne voile dans ces conditions-là.

Le Nordiste (à droite) avait été chaleureusement salué par le Sudiste Kito de Pavant avant le départ. Thomas Ruyant navigue sur son ancien bateau, Groupe Bel | Thomas Brégardis

C’est chouette de naviguer de concert avec d’autres bateaux dans ces coins-là. On est un petit groupe de 3 bateaux dans le même système météo. C’est plutôt sympa. Jean Le Cam et Jean-Pierre Dick ont, à eux deux, 8 Vendée Globe, ça me tire vers le haut, je n’ai pas envie de me laisser faire…

Car le garçon est aussi un sacré compétiteur. Adrien Hardy, le marin nantais, l’avait constaté l’automne dernier quand les deux hommes avaient pris la 4e place de la transat Jacques Vabre, sur ce même bateau.

Il aime bien faire marcher vite son bateau. Il a envie de bien faire, il change souvent de voiles. C’est le défaut de ses qualités : cela peut le mettre dans le rouge physiquement. Mais il est très à l’écoute de son bateau. Sur l’eau, il n’est pas stressé, on le sent bien dans son élement.

Le Nantais Adrien Hardy a disputé la Transat Jacques Vabre 2015 avec et sur le bateau de Thomas Ruyant. | Vincent Mouchel

Y compris quand il s’agit de celui du tour du monde.

Déjà, il y a un an, il me parlait du Vendée Globe, se remémore le skipper d’Agir; en Figaro. Il s’y voyait déjà, il avait hâte d’y aller. Le départ, ça a dû être un sacré choc de vivre ça. Je sais qu’il déteste les chaleurs de tropiques qui l’empêchent de dormir. Là, ce problème est écarté, il s’enfonce dans le froid.

 

Ce qu’il fait, c’est vachement bien. Et pas si surprenant que ça. C’est un sacré bon marin voilà tout ! Il est bien dans son monde, bien dans sa course et il a une très belle trace.

Et une très belle place ! Thomas Ruyant est le 4e de la course des bateaux non-foilers. Une sacrée perf !

Je regarde les classements, il y a un match dans le match. J’arrive à bien dormir, à bien trouver mon rythme. C’est plutôt bien. Je suis forme. J’ai tout ce qu’il faut à bord, de la bonne bouffe, de la musique. Je règle mon bateau, j’essaye d’aller vite. Je suis bien comme ça. L’Indien a l’air assez actif. J’ai plusieurs trajectoires possibles. Ce qui est sûr c’est qu’on aura du vent. Il y aura des zones de transition. J’essaye de ne pas me faire piéger et de naviguer dans des conditions raisonnables. Le but c’est d’arriver.

Et de ne pas perdre le fil de son tour du monde. Rester en mode course.

Deux fois par jour je me fais des sessions météo. Je passe un peu de temps à la table à carte, surtout que je dors devant. On a un bel échiquier pour s’amuser à ce niveau-là.

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription est confirmée.

du Souffle dans ta boîte mail !

Envie de recevoir chaque mois un shoot de projets positifs ? Abonne-toi !

CONTACTEZ-NOUS !

Sylvain Derreumaux (Projets / Communication)
sderreumaux@lesouffledunord.com

Vindhya Saravane (Projets / Partenariats)
vsaravane@lesouffledunord.com

Valentine Mulliez (Projets / Evénements / Soufflerie)
vmulliez@lesouffledunord.com

PASSEZ NOUS VOIR À LA SOUFFLERIE !

34 rue de la Haute Loge - 59700 Marcq-en-Barœul