// Article de Redacteur, publié sur « courseaularge.com » du 30 Octobre 2018

Romain Rossi est un navigateur amateur qui fera sa première traversée de l’Atlantique en Class40. Contrairement à beaucoup qui seront sur la ligne de départ de la grande traversée de l’Atlantique en solitaire, Romain a d’autres activités, à commencer par son métier d’ingénieur spécialisé dans la gestion des énergies.

Pour autant, Romain Rossi, jeune homme à la mèche blonde rebelle, la tête bien faite, a préparé sa première transatlantique le plus méticuleusement possible avec une équipe digne d’un skipper professionnel. Allant jusqu’à quitter son travail pour mener à bien son projet et mettre toutes les chances de son côté pour aller au bout de son aventure.

Sa qualification obtenue en juillet dans des conditions météorologiques corsées – une belle performance pour un marin venant du monde amateur – prouve qu’il dispose de belles qualités pour réussir son défi. 

Je sais désormais que j’ai les ressources pour faire face seul à beaucoup de situations, ça me met en confiance pour la transatlantique 

déclare le marin avec la pleine conscience que pour ce bizutage, certains ténors de la Class40 comme Phil Sharp – vainqueur de l’édition 2006 -, Nicolas Troussel – double vainqueur de la Solitaire du Figaro -, Yoann Richomme – vainqueur également de la Solitaire -, Aymeric Chappellier ou Louis Duc, seront aux avant-postes…
Mais l’ingénieur cherche avant tout le plaisir de naviguer vite. 

La puissance de ces bateaux génère des sensations grisantes ! C’est encore plus excitant en course… Et on se prend vite au jeu ! 

Toujours croire que tout est possible !
Habitué des navigations côtières en Europe, Romain va succomber à l’appel du large à la suite d’un aller-retour aux Açores en 2013. 

A peine les pieds sur terre, je ne pensais qu’à repartir pour revivre cette déconnexion avec la terre… 
Un an plus tard, le déclic.  En suivant la 10ème Route du Rhum, je prends conscience que de très nombreux concurrents sont des passionnés venus de tous horizons, avec chacun leur histoire

. Comme une évidence, Romain décide d’être l’un d’eux sur la prochaine édition. 

À un moment, il faut oser franchir les limites qu’on s’impose, se lancer et toujours croire que c’est possible 

explique le Lillois qui prépare son projet depuis 3 ans.
Une démarche qui a mis du temps à éclore totalement, face au défi que représente le financement de ces projets, mais qui a abouti aujourd’hui à un projet ficelé, cartésien même. 

J’avais tout à construire pour atteindre le haut niveau, notamment monter une structure pouvant gérer une saison de course au large 

détaille le marin amateur qui s’est mué ces dernières années en chef d’entreprise et qui a su s’entourer pour se donner les moyens de réussir.

Se dépasser pour la Fondation DigestScience
Au-delà du challenge sportif, le nordiste de 37 ans – résidant à La Madeleine (métropole lilloise) – a décidé de se présenter dans les bassins de la cité Corsaire avec toute la visibilité du bateau offerte à la Fondation DigestScience. L’objectif ? Sensibiliser le plus grand nombre sur la maladie de Crohn et inciter à soutenir la recherche et en particulier l’étude HEROIC menée sur le territoire des Hauts-de-France pour en trouver les causes.

 En 2015, j’ai construit une offre marketing pour trouver des sponsors, j’avais un dossier plutôt convaincant que j’ai soumis à des dizaines entreprises.

A cette époque, nombreuses de la région étaient déjà engagées auprès du Souffle du Nord pour le projet Vendée Globe 2016-2017 avec Thomas Ruyant. 

C’est vrai que cela ne m’a pas aidé ! Mais j’ai trouvé du sens dans leur action et j’ai décidé d’en donner à mon projet.

. Ses premiers partenaires le suivent dans sa volonté de soutenir une cause. 

Chacun s’y est retrouvé avec l’envie d’agir utilement pour les autres .

Le marin recroise l’association Le Souffle du Nord fin 2017 qui lui apporte son soutien pour l’accompagner dans son projet. 

Ensemble et avec la Fondation DigestScience, nous avons structuré l’approche pour donner de l’écho et sensibiliser le grand public sur la maladie de Crohn. 

Depuis une grosse année, les choses se sont largement accélérées. Romain Rossi s’est jeté corps et âme dans son défi, naviguant, progressant, consolidant au jour le jour… Et bénéficiant d’une belle reconnaissance avec le récent soutien de la Région Hauts-de-France.

 Ce n’est plus simplement un défi personnel, c’est un défi régional qui en porte les valeurs .

Ingénieur, pianiste et marin
Romain a vécu son enfance à Béthune, le pays des Mines consacré par l’Unesco. Bac en poche, il se tourne vers les énergies. C’est à Dunkerque qu’il a d’abord validé un IUT Thermique et Energies puis obtient un diplôme d’ingénieur dans la spécialité à Polytech’Nantes, parachevant son cursus dans la discipline à Sofia Antipolis avec un Mastère de l’Ecole des Mines de Paris. Il partage son temps avec la musique qu’il pratiquait plusieurs heures par jour au piano avant ses études. « Cela a été très formateur en termes d’exigence et de ténacité ! ».

A l’âge de 8 ans, son grand-oncle, rénovateur d’un voilier en aluminium l’embarque. A 11 ans, il vogue vers Brest et le grand rassemblement de voiliers de tradition. A 14 ans, il est en formation au Cercle Nautique du Touquet. A 16 ans, il est diplômé moniteur. 

Je passais mes étés à faire de la planche à voile, du catamaran ou du laser. Après les navigations ou l’encadrement de jeunes, je bidouillais les bateaux pour les remettre en état pour le lendemain. J’aimais beaucoup ça .

Ses études vont l’aider à approfondir la connaissance de la mécanique du voilier.

J’ai mieux appréhendé mes supports, appliquant en permanence mes connaissances en mécanique des fluides, thermodynamique, résistance des matériaux à la gestion de mon bateau .

Avec cette expérience, Romain encadrera des plaisanciers sur habitable pendant plusieurs étés. Ce rituel prendra fin à 25 ans. De retour dans les Hauts-de-France pour débuter sa carrière professionnelle au sein de la société Roquette en tant que spécialiste des achats d’énergie, puis dans la production du sucre chez Tereos, Romain devient préparateur et équipier sur un J120 basé à Dunkerque au Yacht Club de la Mer du Nord, navigue en équipage en direction de la Belgique, les Pays-Bas, la Grande Bretagne où il affine ses gammes avant d’entrer dans le grand bain de la course au large. Action !

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription est confirmée.

du Souffle dans ta boîte mail !

Envie de recevoir chaque mois un shoot de projets positifs ? Abonne-toi !

CONTACTEZ-NOUS !

Sylvain Derreumaux
Projets / Communication
sderreumaux@lesouffledunord.com
06 75 23 49 56

Vindhya Saravane
Projets / Partenariats
vsaravane@lesouffledunord.com
06 61 53 69 07‬

LA SOUFFLERIE

34 rue de la Haute Loge
59700 Marcq-en-Barœul