– Brève du mercredi 28 octobre / 14h15 – 

_BO_0065web

Décidément le début de la Transat Jacques Vabre 2015 n’est pas de tout repos ! Partis dimanche du Havre, Thomas Ruyant et Adrien Hardy ont enchaîné les tâches à bord du Souffle du Nord. Il a fallu se caler au niveau des réglages et trouver les bonnes configurations de voiles en fonction du vent et de la mer.
Le duo s’est penché également énormément sur la stratégie à adopter. Les systèmes météorologiques sont compliqués depuis le départ, une première dépression à négocier et voilà, depuis cette nuit, qu’un nouveau front, de Sud-Ouest cette fois-ci, vient compliquer la marche en avant du voilier qui porte les couleurs de l’ONG Le Projet Imagine.

A ce jeu, et prenant tout de même le temps de se nourrir et de s’imposer quelques siestes réparatrices, Thomas et Adrien – copains dans la vie – réussissent une superbe entrée en matière, dans la cour des grands, pour une première transat en monocoque de 60 pieds IMOCA.

En ce début d’après-midi, toujours dans un régime de vent puissant, ils sont 5ème au classement général provisoire. La suite des événements : gagner enfin le Sud et se frayer un chemin entre cette perturbation et le fameux anticyclone des Açores. Thomas et Adrien ont choisi une trajectoire au Sud-Ouest en décalage des leaders Eliès / Dalin, Riou / Col. Une option qui pourrait être payante en approche de l’archipel des Açores, synonyme de moins de pression dans les belles voiles du monocoque bleu et jaune fluorescent.

Thomas Ruyant, joint par l’organisation ce jour : « Je commence à être un peu humide, je viens de manger un peu, le moral va bien. Les conditions sont toujours aussi musclées, on va bientôt avoir une petite accalmie. Avec Adrien, on essaye de soigner nos trajectoires. La vie à bord est compliquée, les bateaux sont assez physiques, nous ne pouvons pas faire grand chose, c’est difficile de dormir, de manger alors on grignote. Nous restons en veille, on se relaye sur le pont, on veille et le pilote barre beaucoup. Ca mouille tellement que ça reste difficile de barrer. On attend avec impatience la petite accalmie de ce soir car on a quelques petites réparations à effectuer à bord du bateau. L’accalmie sera la bienvenue. On passera dans l’Est des Açores, c’est tout ce que je peux dire pour l’instant. On trace notre route, on prend la météo un peu au jour le jour. On est pressé d’être dans les alizés et de sortir le bob et le short. Hier, la carte postale était sympa : ciel de traine avec des grains, beaucoup d’arcs-en-ciel, une mer un peu agitée et le bateau qui surfe entre 18 et 20 nœuds. On prend du plaisir à bord du bateau, on essaye de faire avancer le bateau, ça se passe très bien, c’est top. »

© Crédit photo : Pierre Bouras