// Article de F.S. , publié dans « La Voix Du Nord » du 20 Janvier 2018

Le Dunkerquois n’a pas pu assister à l’arrivée triomphale du « Chacal », le surnom d’Armel Le Cléac’h. Pourtant, il était bien aux Sables-d’Olonne, jeudi. « J’ai un train en milieu d’après-midi. Je dois absolument être à Lille, ce soir (jeudi). J’aurais bien aimé être là pour accueillir le premier », regrettait le Nordiste.

Le Nordiste Thomas Ruyant est admiratif du vainqueur. photo marc demeure

– Thomas, Armel Le Cleac’h vainqueur du Vendée Gobe, c’est tout sauf une surprise ?

 Il était parti dans la peau d’un leader, restait sur deux deuxièmes places. Il avait un bateau neuf. Il a fait une course superbe. Armel a une équipe au top. On sait qu’une victoire comme celle-là passe aussi par une équipe expérimentée. C’est juste énorme : il a explosé le record. Ce qui m’impressionne : c’est tenir presque trois mois dans ces conditions. Il n’y en a pas beaucoup qui peuvent tenir ce rythme… Armel et Alex (Thomson) sont deux grands marins. 

– Ce qui est fort, même s’il y a une dimension aléatoire dans votre sport, c’est de terminer trois fois l’épreuve en trois participations ?

 C’est le premier à le faire ! Il est régulier, précis dans ce qu’il fait. Ce n’est pas un coup de bol. Après, il y a des choses qu’on ne maîtrise pas, je suis bien placé pour le savoir, mais Armel montre une régularité incroyable. Ses trajectoires sont très tendues, c’est beau à voir. Le duel avec Alex, au contact, était superbe car c’étaient deux écoles qui s’affrontaient. Ils ne naviguent pas de la même façon. Alex est agressif, il ose, attaque. Ça passe un peu moins souvent du coup. 

– C’est aussi la grande victoire des foils, la révolution technologique de cette édition…

J’étais parmi les premiers à dire qu’il n’y aurait pas forcément beaucoup de bateaux qui finiraient. Les quatre premières places, ce sont des foils pour l’instant (sourire)… On n’a pas fini d’en entendre parler. On aura des bateaux plus étroits, des foils plus longs. On est aux prémices. Je crois qu’il va falloir s’équiper de casques et de coudières pour naviguer (sourire)…