Le Souffle du Nord !

0

170110-IMG_3542

 

« Je n’arrive pas à être déçu ! ». Voici les premiers mots de Thomas Ruyant devant 1 200 supporters réunis mercredi soir au Colisée de Roubaix à l’occasion de « SOLIDARions ! », un événement inédit autour de la solidarité et du rire. Le marin des Hauts-de-France, skipper du monocoque de 60 pieds « Le Souffle du Nord pour Le Projet Imagine », ne bouclera pas son premier Tour du Monde en Solitaire, sans escale et sans assistance, faute à la casse de son voilier. Après un retour héroïque en Nouvelle–Zélande, il réalise peu à peu l’engouement créé par son aventure sportive dans le Vendée Globe et l’impact des messages du Souffle du Nord et du Projet Imagine sur de nombreuses personnes. Oui, il est possible, dans l’ombre, de s’engager pour les autres avec humilité, discrétion et pour le bien commun.

« Même si il y a une grande fatigue de fond depuis mon retour fin décembre en France, même si je ne réalise, peut-être, pas encore complètement que je n’ai pas été jusqu’au bout de mon premier Vendée Globe, je retiens énormément d’éléments positifs de mon aventure. En deux ans, l’action du Souffle du Nord avec l’ONG Projet Imagine a permis d’inspirer beaucoup de monde et donné des espérances certaines. De mon côté, j’ai eu le bonheur de faire des rencontres géniales. Je pense à ma complicité avec Frédérique Bedos, un rendez-vous avec l’immense Jean Vanier, notre collectif de 180 partenaires et plus de 1000 supporters, les multiples acteurs « solidaires » dans le nord mis en avant par la web série du Souffle du Nord » déclare Thomas Ruyant. « C’est une fierté cette aventure. D’un point de vue strictement sportif, j’ai la sensation d’avoir énormément progressé dans tous les compartiments de la course au large en solitaire sur ces formidables machines que sont les 60 pieds IMOCA. J’ai aussi appris beaucoup sur moi-même et sur ma capacité à réagir face à l’adversité du vent et des océans.  Hélas, cela se termine dans la douleur avec un voilier abimé mais j’ai la satisfaction d’avoir réussi à résoudre des soucis techniques de premier plan sur un voilier, j’ai même pris un certain plaisir à trouver des solutions dans mes avaries ! Tout ça me permet de dire aujourd’hui que je souhaite prendre le départ du Vendée Globe 2020, pour « boucler la boucle » dans une optique de performance. »

Frédérique Bedos, fondatrice de l’ONG Projet Imagine, faisait également l’honneur de sa présence ce mercredi soir à Roubaix et c’est avec émotion qu’elle a exprimé tout le bien qu’elle pense du navigateur « maison » :

« Thomas a incarné avec merveille les valeurs du Projet Imagine, à travers son engagement dans la course il a été un super ambassadeur de notre message d’espérance ».

Sylvain Derreumaux, Responsable de projet du Souffle du Nord, ému, comme tous, se réjouissait de l’engouement de la démarche du Souffle du Nord : 

« Notre aventure continue. Nous sommes juste en train de vivre une nouvelle étape. Parmi les objectifs que nous nous fixons, il y a d’abord celui de révéler des talents. Et je crois pouvoir dire que Thomas s’est totalement révélé sur son demi Vendée Globe ! Nous avions également la volonté porter un sens et pour cela de mettre en avant une ONG : Le Projet Imagine. Je suis désormais certain qu’elle a rayonné avant et pendant ce grand événement planétaire. Aussi, notre souhait est de mettre en exergue des acteurs nordistes exemplaires à travers leurs engagements solidaires. Nous sommes sur la bonne voie. Notre web série est un succès à cet égard. Enfin, nous voulons rassembler. Je crois que c’est également une case que nous pouvons cocher sans hésitation ! A court terme, notre objectif est de terminer cette première histoire en ramenant notre voilier en France. C’est primordial pour nous et pour Thomas. Ensuite, nous réfléchirons plus sereinement à notre avenir qui s’annonce extraordinaire, car bien sûr l’aventure continue ! Merci à toutes celles et ceux qui nous soutiennent ainsi que ceux nous ont déjà renouvelé leur soutien pour 2017 ».

sans titre-1817

 

©RichardBaron