Destination : Pacifique

0

_bo_074039ème jour de course pour les navigateurs solitaires du Vendée Globe. Et avec l’accumulation et la multiplication des coups de boutoir de l’océan sur leur minuscule cellule de vie, la solitude et l’impression d’éloignement oppressent chaque jour davantage les marins en lutte avec les grands déserts maritimes du Sud.

Thomas Ruyant encaisse et absorbe ces doses massives de difficultés répétées et démultipliées par l’âpreté de ses conditions de vie. Marin-ermite, il évolue au cœur de la phase la plus ardue de son grand voyage initiatique. Dans un vent toujours puissant et sur une mer formée, chaque geste coûte, et envisager toute manœuvre implique un colossal effort sur soi-même.

Lumières au bout de ce chemin de misères, l’approche du Pacifique, et la mi-parcours pour « Le Souffle du Nord pour Le Projet Imagine ». Certes pas l’heure d’un quelconque bilan, mais un motif de satisfaction pour le skipper de Malo-les-bains solidement accroché à une belle 8ème place. De nombreux challenges, tous aussi surhumains, attendent encore les navigateurs solitaires. De quoi sera fait ce Pacifique à la sulfureuse réputation?

La virulence des éléments redistribue les cartes, comme on vient de le constater récemment avec le retour de Jean Le Cam sur Yan Eliès, et la rétrogradation de Jean Pierre Dick en 7ème position. Thomas peut se nourrir de ces enseignements. Il franchissait Leeuwin lundi dernier avec plus de 850 milles de retard sur Saint Michel-Virbac. Il n’en déplore plus ce matin que 525.

Une autre dépression va saluer ce week-end son passage sous la Nouvelle Zélande, avec des vents de 40 nœuds et des creux de plus de 6 mètres. Thomas soigne son placement, et va s’attacher à régler la vitesse de son bateau en harmonie avec le rythme des vagues. Passée l’île d’Aukland, le Pacifique va s’ouvrir à lui, avec en conclusion, un mot, magique et terrifiant, Horn !

©TbPress